SMCM

9 ème congrès national de la SMCM

Mot du Président

Quand le Professeur FADILI est venu me proposer l’honneur de présider ce congrès de Chirurgie de la main, je ne pouvais m’empêcher de penser à l’immensité du chemin parcouru par cette spécialité dans divers domaines de la science en général et de la pratique médico-chirurgicale en particulier.

Je revoyais, par la pensée, les années soixante du siècle dernier : le bond extraordinaire effectué par les sciences morphologiques, quant à l’organogénie, la microdissection, la microcirculation tendineuse, la rééducation fonctionnelle et les voies d’abords chirurgicales.

Ces travaux, combien précieux, ont vu le jour grâce à l’avancée technologique du microscope à vision stéréoscopique, aux différentes techniques de la microchirurgie et aux nouvelles technologies.

Vous, en tant que spécialistes de la main, vous assumez la responsabilité de traiter la synthèse des recherches, des expériences et des applications effectuées pour améliorer et faire évoluer les connaissances au niveau de la chirurgie de la main, afin d’aboutir au confort souhaité.

Pour pouvoir avancer, le technicien, quel que soit son horizon, doit procéder à des mises aux points fréquentes, pour acquérir les idées, les dispositions et le recul nécessaires lui permettant de voir plus loin.

Cela implique : réunions, rencontres et séminaires entre spécialistes.

C’est dire l’importance du congrès de chirurgie de la main que vous organisez ces jours à Marrakech, apportant les nombreuses techniques nouvelles, utilisées dans le but d’améliorer, et intégrant les nombreuses remarques inhérentes aux interventions sur la main.

On pourrait prétendre que certains organes du corps humain sont utilisés intelligemment comme « outils naturels » et que cet usage est à l’origine du développement de l’intelligence “l’homme pense parce qu’il a une main“ disait magnifiquement Anaxagore.

Ce merveilleux outil susceptible de s’adapter aux situations les plus variées a contribué à développer l’intelligence en variant à l’infini ses réalisations matérielles, en créant des outils à faire des outils. On pense que l’existence d’une main chez l’homme, explique la place qu’il tient dans l’échelle de l’intelligence de l’homo-sapiens.